Mulhouse : six ans pour tout changer 2/2

Centre-ville
Lundi 09 mars 2015




Embaucher un manager du commerce, c’est l’une des solutions trouvées par la municipalité de Mulhouse pour redynamiser son centre-ville. Rencontre avec Frédéric Marquet, le monsieur commerce mulhousien.

Lorsqu’il est recruté en janvier 2011, Frédéric Marquet a du pain sur la planche : Mulhouse compte 109 locaux commerciaux vides. Les lourds travaux de création du tramway menés cinq ans auparavant ont fait péricliter le commerce. Pendant ce temps, l’offre des centres commerciaux en périphérie s’est, elle, bien développée. Le diagnostic est sans appel : « Les clients ont perdu l’habitude de venir dans ce centre-ville à  l’image très dégradée ».

Feuille de route


« On m’assigne alors une feuille de route très claire : concevoir une stratégie pour redynamiser le commerce », se souvient Frédéric Marquet. Pour attirer une nouvelle clientèle dans le centre-ville, le manager mise sur des commerces haut de gamme et, surtout, introuvables dans les centres commerciaux en périphérie de la ville.

Il développe une connaissance fine des locaux vacants ou sur le point de l’être, noue des contacts privilégiés avec les enseignes qui l’intéressent de manière à leur proposer des emplacements sur mesure. Pour ce faire, il travaille main dans la main avec les associations de commerçants, les agents immobiliers et bien sûr, la municipalité.

Aujourd’hui, il se montre satisfait des résultats obtenus : le nombre de locaux vacants a baissé de 36% et on compte 260 ouvertures depuis 2011. Seul bémol, les 132 fermetures enregistrées depuis 2011 : « La crise n’est pas terminée… ».

La maison Engelmann


En 2010, La ville fait l’acquisition d’une friche de 600m² en déshérence depuis plusieurs années mais située à deux minutes à pied de l’axe commercial numéro 1 – et piétonnier – de Mulhouse. Après réhabilitation, la maison Engelmann ouvre ses portes fin 2012. Au rez-de-chaussée, on trouve une librairie et une halle gourmande rassemblant des artisans des métiers de bouche autour de la qualité (pâtissier, restaurateur, caviste, traiteur…). A l’étage, ce sont des logements qui ont été aménagés. Pour Frédéric Marquet, pas de doute, la maison Engelmann a joué un grand rôle dans le renouveau commercial de la ville : «  La FNAC est restée à cause de ça, nous avons eu 8 ouvertures de commerces dans la rue à côté. Le secteur est devenu tendance ».

Photo F. Marquet
 

L’association des commerçants « Les vitrines de Mulhouse » est sur le net www.vitrinesdemulhouse.com



Partagez cet article