Logements passifs : vérités et idées fausses

Logement
Lundi 06 avril 2015




« Il n’y a aucun bruit. On n’entend pas les voisins, ni les voitures dans la rue ». Quand on demande à M. et Mme Bouchet leur avis sur leur nouveau T4, ce sont d’abord ses performances acoustiques qu’ils évoquent. Ensuite, si on insiste un peu, ils parlent du chauffage, qu’ils n’ont pas mis en route depuis leur emménagement en décembre 2014. La famille Bouchet vit dans la toute première résidence HLM passive du Dunkerquois.

Eric Stroobandt est l’architecte de cette opération de 28 logements certifiés passifs qui, avec une centaine d’autres logements basse consommation, remplacent des barres d’immeubles vétustes et rasées dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier de l’Îlot des Peintres, à Grande-Synthe.

Passionné par ce mode de construction adopté de longue date en Allemagne, l’architecte fait le point sur les principales caractéristiques d’un logement passif.

Une isolation maximale


Dans un logement passif, absolument tout est isolé : les façades, la toiture et même les fondations ! Normalement, on met 15 à 20 cm d’isolant ; en passif, on en met 40 cm. L’objectif, c’est d’empêcher l’air froid de s’infiltrer. On se montre intraitable avec les ponts thermiques : par exemple, si on fait un balcon, il faut qu’il soit rajouté à la façade. Il ne doit pas être conçu dans le prolongement de la dalle du reste de l’appartement. Quant aux vitrages, ils sont triples et à basse émissivité. Il s’agit aussi d’éviter que l’air chaud de l’appartement ne s’échappe au dehors. Chaque détail compte : par exemple, chaque tuyau qui sort du logement est entouré d’une membrane pour évite la moindre fuite d’air.

Une ventilation double flux

Le logement est tellement bien isolé qu’une ventilation double flux est nécessaire pour renouveler l’air (notamment dans les pièces d’eau et la cuisine) et ainsi éviter la condensation et les moisissures. La ventilation double flux  préchauffe l’air entrant dans le logement. Elle présente un autre avantage : celui de filtrer une partie des poussières et certains composés organiques volatils (COV) nocifs pour la santé.

Un chauffage « au cas où »


On pourrait presque ne pas mettre de chauffage dans un logement passif. Pour l’opération de logements grand-synthoise, c’est une chaudière collective à poêlée de bois qui a été installée pour l’ensemble des logements (la centaine de basse consommation et les 28 passifs). Dans les appartements passifs, on compte seulement deux radiateurs : un dans la salle de bain, l’autre dans le séjour. Ils ne devraient servir qu’en cas de températures extérieures largement négatives.

Une protection solaire

Les logements passifs craignent plus la chaleur que le froid. L’enjeu consiste donc à éviter la surchauffe. Pour cela, il y a divers moyens. Des balcons qui protègent les baies vitrées des étages inférieurs par exemple. Les stores extérieurs fonctionnent aussi très bien. On peut imaginer de les déclencher automatiquement quand la température extérieure atteint un certain seuil.

Bref, j'ai visité une maison passive

3 idées fausses sur les logements passifs

1. Ça coûte cher

Dans les faits, un logement passif coûte 7 à 10% plus cher qu’un logement basse consommation (sachant que la basse consommation est désormais la norme obligatoire dans la construction neuve). Le surcoût sera donc vite amorti si l’on se réfère aux économies de chauffage permises par le passif !

2. On ne peut pas ouvrir les fenêtres

C’est la grande légende urbaine des logements passifs. La blague a circulé des années et continue à faire des ravages sur le net. Dans les faits, rien n’empêche d’ouvrir les fenêtres, qu’on se le dise.

3. C’est moche

Dernier reproche parfois entendu : le manque d’originalité architecturale des logements passifs et leur forme de boîte. « Ce n’est pas entièrement faux, concède Eric Stroobandt. Mais cet écueil est bien compensé d’un point de vue esthétique grâce à une bonne qualité de finition, l’importance donnée au végétal ou l’aménagement qualitatif des cœurs d’îlots ». 

 

Le site de Partenord, le bailleur social de cette opération de logements passifs : http://www.partenordhabitat.fr/

L’association "La Maison Passive", créée en 2007, fait la promotion du standard européen Bâtiment Passif® : http://www.lamaisonpassive.fr/spip/spip.php?rubrique1

L'institut de la maison passive : http://www.passiv.fr/spip/index.php

Mots clés : Logement  passif  isolation  passivhaus  Dunkerque  Grande-Synthe  HLM  Partenord  


Partagez cet article