La médecine de ville, reflet de l'héliotropisme ?

Le chiffre
Lundi 28 novembre 2016

En 2014, on observait, pour l'ensemble des agglomérations françaises, un ratio moyen de 120 généralistes et de 185 spécialistes pour 100 000 habitants. Les agglomérations du sud, et notamment Nice, Montpellier et Bordeaux, présentent les taux de médecins les plus élevés du pays.

A l'inverse, Dunkerque, Béthune, Le Havre, Rouen, Saint-Etienne, Valence, Mulhouse et Montbéliard sont sous-équipées. Cette situation peut résulter de la conjonction de différents facteurs, au premier rang desquels figure l'héliotropisme. A noter que dans toutes les agglomérations sous-équipées, à l'exception de Rouen et de Mulhouse, le niveau de richesse de la population est inférieur à la moyenne.

Observ'agglo décrypte les dynamiques des grandes agglomérations


Observ'agglo est le fruit du travail d’un groupe d’experts issus des agences d’urbanisme et des agglomérations qui s’est réuni pour produire une cinquantaine d’indicateurs originaux sur les dynamiques en oeuvre dans les métropoles et les communautés françaises de plus de 200 000 habitants.

Cette publication apporte une lecture nouvelle de la géographie urbaine française et des mutations territoriales. Elle est disponible gratuitement et en ligne sur le site de la Fédération nationale des agences d'urbanisme (FNAU).



Partagez cet article