Doubler le nombre d'utilisateurs du bus : Belfort l'a fait !

Transport collectif
Lundi 23 mars 2015

Des voies de circulation strictement réservées aux bus ont été aménagées.




Lorsqu’en 2004, le territoire de Belfort (143 000 habitants) décide de mettre le paquet sur le bus, les réactions sont contrastées. Pas de bouchons, pas de problèmes de stationnement… On peut dire que « tout roule » sur ce territoire situé à quelques encablures de Sochaux, berceau historique de Peugeot.

Mais Christian Proust, alors président du Syndicat mixte des transports en commun du territoire de Belfort, veut remettre les habitants dans les bus pour des raisons de gain de pouvoir d’achat, de santé publique, de lutte contre le bouleversement climatique et de droit à la mobilité pour tous.

Son cheval de bataille : montrer que les villes moyennes peuvent faire preuve d’ambition en matière de transport en commun et cela, sans passer par le tramway, une solution bien trop coûteuse dans une période de crise des finances publiques et surtout, « loin d’être incontournable ».

C’est en 2007 qu’est lancé Optymo, une refonte globale du réseau de bus du territoire, dans un contexte où la fréquentation des bus est en chute et que le réseau, totalement obsolète, s’avère aussi coûteux qu’inadapté aux besoins des habitants.

Les grands principes d’Optymo :

-        Une augmentation radicale des fréquences de passage des bus

-        L’instauration d’un cadencement : un bus toutes les 5 à 10 minutes en zone urbaine (75 000 habitants), toutes les 20 minutes en 1ère couronne.

-        Des lignes qui desservent à moins de 300 mètres 80% des habitants de l’aire urbaine

-        Une flotte de bus entièrement renouvelée

-        Une carte permettant de ne payer que les trajets réellement effectués

-        Une communication en temps réel basée sur l’utilisation des smartphones (QR codes aux arrêts)

Résultat : en 2012, la fréquentation a doublé ! Parmi les nouveaux usagers du bus, on compte désormais des actifs (très peu nombreux auparavant) et des scolaires. L’image du bus a changé.

Cet article a été réalisé avec le concours de l'agence d'urbanisme du territoire de Belfort (AUTB).

« Faire arriver les bus au bon endroit »

Les dessertes des bus ont été revues pour tenir compte des lieux d’habitation mais aussi des lieux de destination : les principales zones d’emplois par exemple. « Faire arriver les bus aux bons endroits, c’est l’une des clefs de la réussite d’Optymo », analyse Hélène Kaufmann, chargée de mission mobilité à l’agence d’urbanisme de Belfort.

 

Syndicat mixte des transports du territoire de Belfort http://www.smtc90.fr/index.php

Observatoire photographique de l’Agence d’urbanisme du territoire de Belfort http://autb.fr/fond.html

Belfort dit non au tramway et mise sur le bus http://www.lemonde.fr/mobilite/article/2012/11/23/le-tram-en-bout-de-course_1794319_1653095.html

Une ville en chantier

En 2013, Belfort a franchi un cap supplémentaire en procédant à de nombreux aménagements urbains en lien avec la création de voies de circulation strictement dédiées pour les bus. Plusieurs places de la ville ont été réaménagées dans l’optique de laisser plus de place aux piétons (place d’Armes). Le parvis de la gare, terminus de plusieurs lignes de bus, a été requalifié. 

Le parvis de la gare réhabilité pour accueillir les bus.
La place d'Armes avant puis après travaux.
Mots clés : Belfort  bus  refonte réseau  usagers  optymo  


Partagez cet article