Berges : des saules tressés contre l'érosion

Biodiversité
Lundi 21 mars 2016

Pour lutter contre l’érosion des berges des cours d’eau ou des lacs, on utilise souvent des planches de bois ou des taules métalliques. Une autre façon de faire existe. Et elle a l’avantage de préserver la biodiversité en créant des conditions favorables à l’installation d’une faune diversifiée.


Il s’agit du tressage de saule. De quoi s’agit-il exactement ?

Le principe est simple : planter des pieds de saule sur la berge et, tout autour, tresser d’autres branches de saule. Les années suivantes, on utilisera les rejets naturellement fabriqués par cet arbre pour former de nouvelles tresses. Au fur et à mesure, c’est tout un système racinaire qui va se constituer pour empêcher le glissement des berges suscité par l’érosion.

Crapauds et poules d'eau


Les espaces les plus riches du point de vue écologique sont souvent ceux situés entre deux milieux. Le tressage de saule permet de constituer un espace de transition entre l’eau et la berge particulièrement attractif pour le développement de micro-organismes et certaines espèces comme les crapauds communs qui pourront accrocher leurs chapelets d’œufs sur les ramifications du saule ou les poules d’eau et les foulques qui apprécieront d’y installer leurs nids…

Etape par étape, voici, en photos, comment s’effectue le tressage de saule sur une berge.

Etape 1

Prélèvement de branches de saule – idéalement en novembre-décembre, période de repos végétatif de l’arbre.

Etape 2

Pose des pieds de saule le long des berges, tous les 40 cm. Tressage des branches autour.

Etape 3

Apport de terre derrière l’écran en saule tressé pour renforcer la berge érodée et faciliter la reprise des saules.

Etape 4

Entretien du tressage : tous les quatre ans environ, les rejets seront taillés.

L'english method !


A noter qu’une autre technique de lutte contre l’érosion des berges, très pratiquée en Angleterre, présente aussi de nombreux avantages du point de vue de la biodiversité. Il s’agit d’aménager les berges en paliers, de manière à favoriser l’implantation d’une végétation très diversifiée (plantes aquatiques, plantes qui aiment avoir les pieds dans l’eau, plantes hors de l’eau mais appréciant les atmosphères humides etc.) 

Planter des haies de saule dans son jardin : agir pour la biodiversité, c’est facile

Pour clôturer votre parcelle de jardin, la haie de saule tressée présente de nombreux avantages : en premier lieu, l’esthétique, et aussi celui de permettre à la faune de traverser librement. En laissant quelques saules pousser librement au fil des ans, votre haie deviendra un écosystème d’une grande richesse, en abritant par exemple dans ses cavités des oiseaux cavernicoles comme la chouette chevêche.

Une haie de saule tressé.
 

En 2015, l’agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque publiait un recueil de 40 expériences menées sur le territoire afin de promouvoir la biodiversité : « Agir pour la biodiversité en Flandre-Dunkerque ». L’intégralité de cet ouvrage est disponible par téléchargement ici.

L'auteur

Journaliste spécialisée dans les questions urbaines, Vanessa Delevoye est la rédactrice-en-chef d'Urbis le mag.

Mots clés : saule tressé  biodiversité  berges  érosion  


Partagez cet article